Faut-il inculquer le mal, pour combattre le mal ?

  • Par zezele2
  • Le 08/07/2017
  • Commentaires (0)

 Vaccin

Consultation philosophique Lyon France

Faut-il inculquer le mal, pour combattre le mal ?

 

Mes ami(e)s,

Je me permets aujourd'hui de glisser encore fois sur l'actualité. Ces jours, dans l'actualité, nous trouvons une grande focalisation sur la vaccination obligatoire. La problématique, est-elle vraiment dans les produits Sanofi qui vont-être injectés ?

Aujourd'hui, une grande partie des citoyens de France se réfugient avec facilité dans le corps médical et l'industrie pharmaceutique ou biochimique. A tort ou à raison n'est pas le but aujourd'hui de ce petit échange. Et franchement, je serais complètement déraisonné dans fustiger l'exercice en totalité, lorsqu'on l'on peut y trouver un grand nombre d'avantages et de bienfaits.

Je voudrais seulement porter un éclairage sur ce qui me semble la plus vraisemblable problématique avec le vaccin en France. Alors, effectivement on peut dénigrer le commerce arrogant que peut pratiquer des sociétés industrielles comme Sanofi, mais est-ce vraiment la vrai raison à cette allergie récurrente envers la vaccination ?

De nos jours, on vous oblige à rouler à 30 devant une école. Pour cela, est-ce qu'on vous demande d'abord d'écraser un enfant en passant devant cette école, sans le tuer. Vous allez me dire quelle horreur.

Deuxième petit exemple, est-ce que vous pensez que la formation policière forme les futurs agents à être d'abord des délinquants, avant de devenir des gardiens de la paix. On aurait plutôt tendance à dire qu'ils le deviennent après coup et on appelle cela des "ripoux". 

La grande question est bien, "faut-il inculquer le mal, pour combattre le mal". Vous reconnaitrez que cela fait un bon sujet de philosophie. Ce que je vais bien évidemment vous éviter, car je risquerai de vous perdre entre les lignes, si ce n'est déjà fait.  

Mon intention vraie, au travers de ce petit article, vous menez à la vraie raison, qui à mon sens bien sûr, n'étant aucunement une vérité, la raison vraie du refus de cette vaccination obligatoire. La plus grande problématique de cette vaccination généralisée vient en l'encontre des deux exemples précédents, où nous avons vu, que nous n'inculquons pas le mal pour combattre le mal. Le vaccin est bien au sens contraire et vient remettre en question toute cette éducation primitive que l'on nous donne depuis notre naissance. Apprendre le bien, pour faire bien.

Le vaccin tel qui nous est présenté aujourd'hui, demande à chaque citoyen français d'avoir la capacité de laisser rentrer le mal en soi, pour mieux sans prémunir. Et c'est là que le bât blesse. Naturellement et humainement, nous ne sommes pas constituer à laisser rentrer le mal, même pour sans prémunir.

Vous allez me dire et les fumeurs, ils font bien rentrer le mal ? Oui, mais ce n'est pas obligatoire. Cela fait une très grande différence à la compréhension humaine et c'est là où, je vais fustiger la façon de procéder de cette mise en place vaccinale obligatoire. Bonne où mauvaise, il serait bien de commencer par le début. On met à la compréhension et ensuite on impose. Et d'ailleurs, si la compréhension est bonne, il n'y a même pas d'imposition et juste validation. Par exemple, un fumeur, "le 1er janvier j'arrête de fumer". Connerie, car il adore la cigarette et il veut s'imposer l'arrêt, avant même d'avoir compris réellement pourquoi, il devait stopper le tabac.

Alors, effectivement ici, on va pouvoir fustiger un peu sur Sanofi, mettant en avant le gain financier urgent, au dépend de la compréhension bien trop longue. L'imposition étant bien plus rapide. Mais, je pense quand même, qu'une partie de l'argent consacré à amadouer les médecins, pourrait être consacré à la compréhension des citoyens de France, qui à mon sens, ne savent vraiment plus à quel sein se vouer.

Monsieur, Madame, serait-il possible d'inverser la tendance actuelle et de mettre en avant la compréhension et non l'imposition, car l'âme humaine sans portera bien mieux, que ce soit, des enfants de la France que sont les citoyens, que nos propres enfants.

Maintenant, pour ce qui est de faire rentrer le mal en soi, je pense intimement que la vaccination est à dix mille lieux de la discrimination actuelle. Et là, personne nous l'impose.

Frédéric Eiselé

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×