La bienveillance, c'est donner des Porche aux employés et laisser venir le manager à vélo.

  • Par zezele2
  • Le 03/09/2017
  • Commentaires (0)

Bycicle

 

Mes ami(e)s,

Aujourd'hui, j'aimerais m'entretenir avec vous sur un sujet mainte fois traiter dans les médias et les réseaux sociaux. Je vais me permettre de revenir dessus, car nous assistons à une plénitude de reprises promotionnelles sans grands concepts. Pourtant, le sujet de la bienveillance au travail possède un très grand champ des possibles, avec une multitude de façon de le moissonner.Dans cet article, je vais tenter de vous proposer ma façon de cultiver la bienveillance au travail et plus particulièrement dans le domaine de la conduite des hommes, que nous appelons de nos jours le management.

Autrefois des chefs, les managers se font les encadrants de personnels ayant à effectuer de différentes tâches dans les mondes primaires, secondaires et tertiaires. Ces encadrants ont comme objectifs d’amener leurs équipes à réaliser les tâches qu'ils leur sont données de faire. Tantôt directeur, tantôt encadrant, tantôt productif ou administratif, les managers sont des personnes multitâches. Un peu comme le couteau Suisse de son équipe, le manager doit faire en sorte de palier à tous les déboires de son équipe dans un but  d'obtenir les meilleurs résultats. Des résultats qui lui sont souvent attachés par les objectifs qu'ils lui sont fixés tout au long de l'année. Des objectifs de réussites qui se veulent la plupart du temps productif ou commercial. Rare sera l'objectif de conservation de personnel. On trouvera plus facilement des phrases comme: "vous savez, il y en a plein d'autres qui attendent pour prendre votre place, alors si vous n'êtes pas content.......".

Quelques entreprises s'attellent à essayer une approche du management de conservation, mais cela reste très financier et peu humain. La facilité étant au pouvoir financier et à son pouvoir de brillance immédiat. Le pouvoir humain étant plus indolore et surtout beaucoup moins instantané.

Nous avons également la nouvelle approche startup qui se veut plus conviviale, tutoiement, babyfoot, open space, méditation, ....... Cette convivialité et cette tentative d'entreprise "pseudo anarchiste" où il n'y a pas de patron, cela reste un cache œil de la vérité. Vous avez déjà fait de la collocation ? 

Le véritable fléau de la bienveillance est bien dans l'emploi du mot bienveillance. Cet emploi induit directement un rabaissement à l'autre. Pourquoi demander un rabaissement lorsqu'un simple équilibre suffirait. Un simple équilibre permettant à chacun de ne pas être en port à faux. Un équilibre entre action et réaction. Ne pas mettre en application cette devise militaire au pied de la lettre. Prendre le temps de la conséquence. Visualisé les conséquences directs pour l'entreprise et indirects au travers de son personnel. Prendre en considération que la moindre décision à un impact sur l'Homme et aussi sur la machine et non pas seulement sur les chiffres. Car avant les chiffres, il y a les Hommes et les machines. De simples places de parkings réservées pour la direction ont un impact sur le personnel, alors imaginez.

De nos jours, nous sommes dans une face de déni en prônant une pseudo-gentillesse en entreprise, ce qui est le plus gros mensonge que nous pouvons nous faire. Et l'équilibre vérité et non-dits fait également parti d'un management qui se veut plus pertinent. Alors, mettons nous au travail et regardons la vérité en face. Une entreprise a besoin de travailler sur un grand nombre de points comme la sécurité, le risque, la propriété........ Et pour faire avancer tous ces curseurs vers le vert, ce n'est pas la médecine, mais bien la philosophie et la sociologie qui le pourront. Sinon autant faire son contrôle technique directement chez le garagiste.

Il n'y aura pas de management pertinent sans travail sur la qualité de vie générale de l'entreprise. Dans le cas contraire, c'est donner des Porche aux employés et laisser venir le patron à vélo et cela n'est pas raisonnable, même dans un monde anarchiste ou "startupien".

 

A bientôt mes ami(e)s.

Frédéric Eiselé

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×