Pourquoi je me déplace ?

  • Par zezele2
  • Le 22/08/2017
  • Commentaires (0)

 

 

 

 

Pourquoi je  me déplace ?

 

 

Mes ami(e)s,

 

Cet article aujourd’hui, qui ne se veut ni plus ni moins de parler d’un sujet qui me touche tout particulièrement en ce moment, étant en développement de mes consultations via SKYPE. Ces quelques lignes dans un but de vendre le produit ? Peut-être, mais pas seulement, car j’aimerais traiter le sujet avec un horizon plus large afin dans apporter le pour et le contre.

Avec l’apport des technologies actuelles, Iphones, tablettes, ordinateurs, nous avons amélioré considérablement nos moyens de communications. Fini le téléphone gris avec un tortillon en guise de

fil. De nos jours nous pouvons téléphoner sans avoir besoin d’émettre un crédit à la banque. Quoique, si vous voulez un Apple, un crédit peut être nécessaire pour l’achat du téléphone.

La qualité de nos outils de communications actuels nous permet même de nous voir dedans, quel heureux évènement pour ceux qui ont connu le minitel. Cette modernité nous porte à croire que bientôt nous n’aurons bientôt plus besoin de nous déplacer. Une phrase que vous auriez pu entendre dans les années 80 avec l’avènement de l’ordinateur grand public. Et bien aujourd’hui, nous y sommes, mais nous consommons toujours autant de papier et nous nous déplaçons encore plus et plus loin. Que c’est-il passé ? Le besoin du vrai de l’authentique, le contact du corps ? Où tout simplement la peur du changement ?

2000, ça y est, on amorce la bascule en douceur du sans papier et de la numérisation. Que le chemin a été dur, un chemin qui me semble encore plus difficile que l’apparition du travail sur ordinateur. De nos jours, nous restons encore dans le choix des armes avec ou sans papiers, mais la fin ne serait que tarder. Cette nouvelle génération qui ne connait que l’informatique, ne sait que faire des livres et des stylos à plumes.

Pour le papier, la cause est entendue, mais quand n’est-il de nos déplacements ? Il est vrai que nos sociétés pratiquent de plus en plus la visioconférence, mais nous restons quand même bien ancrés

dans nos bonnes vielles réunions. Pour quelles raisons ? Le contact humain ? Où tout simplement de bonnes vieilles habitudes dont nous n’arrivons pas à nous débarrasser. Pourtant le coup pour l’entreprise reste faramineux, surtout quand il s’agit de déplacer toute une équipe dirigeante (Train, hôtel, taxi, repas…).

Pour ce qui est du particulier, à la fin du 20 siècle qui aurait cru qu’il reste le moindre magasin comme nous les connaissons. Tout le monde avait tavelé sur l’informatique et ses commandes par internet. Commandes, dépôts, livraisons, la cause était entendue. Et bien non, la résistance est là et semble perdurer par la construction de nouveau méga centre de consommation. Nos habitudes sont les plus fortes, nous ne pouvons pas nous passer de Claude François, nous ne pouvons pas nous passer d’aller tourner dans les rayons des grands magasins. Il faudra attendre cette nouvelle génération pour que le changement de consommation se met véritablement en place.

Et je ne parle pas du besoin de s’expatrier dans le bout du monde pour passer des vacances. Allez faire le selfie, devant le monument. Photoshop et hop c’est fait. Pas besoin de dépenser un salaire pour quelques photos. Vous avez de nos jours, le monde à la portée de quelques clics, les visites des plus grands musées et des plus beaux monuments. Jamais ne vous pourrez voir le musée aussi bien qu’il vous est présenté sur internet. Alors pourquoi ? Le contact avec la foule, les bouchons, l’attente à l’aéroport, le décalage horaires, la nourriture ? Effectivement de retour au bureau, on peut dire : « J’y étais ». Un peu comme dans les années 70/80, où l’on collectionnait les autocollants de nos victoires touristiques sur notre voiture.

Il est peut-être tant de changer ? Je ne dis pas de rester cloisonner derrière votre ordinateur. Mais à l’heure où on nous parle d’éco-responsabilité, il serait bien de commencer par le début, réduire nos déplacements. Vous me direz que l’informatique et qu’internet sont des supers polluants, plus que nos déplacements inutiles ? Je pense que nous en sommes bien loin. Pour ce qui est des emplois, la délocalisation des usines est un bien plus grand malheur et là tout le monde s’en accommode, au vu des prix d’achats de leurs nouvelles voitures, pour se déplacer.

Bref mes ami(e)s, ce petit élan d’écologie, car s’en est un véritable. La réduction de nos déplacements se fera au même titre que la disparition de notre bon vieux diesel dans nos voitures particulières. Et à même de subir un changement autant le provoquer et l’anticiper et c’est pour cela que chez Pertinence ZEN nous vous proposons les consultations philosophiques et d’hypnoses par SKYPE. Vous voyez l’instant pub n’aura pas été long.

En attendant, les maîtres mots de cet article sont subir et provoquer. Alors, n’attendez pas provoquer. 

 

A bientôt

Frédéric Eiselé

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×