Il fait un jour ou l'homme et la femme s'arrêtèrent de mentir ............................. . Une utopie bien évidement car le mensonge à bonne escient peut-être bienfaisant et fort utile afin de ne pas blessé inutilement autrui. 

Le mensonge est-il vraiment applicable à soi-même? Ceci ne devient-il pas un dénie? Et bien à contre courant de la chose et de la pensée immédiate le dénie et le mensonge à soi-même peut-être bénéfique. Votre cerveau lui-même sans votre autorisation, à votre insu se permet de temps à autre un petit mensonge. Et oui il ne vous dit pas tout.

Sans un petit mensonge de temps à autre la vie serait-elle bien triste. Il faudrait se dire la vérité tous les matin devant la glace. "Tu es vraiment moche ma chère, tu as un gros c... et j'en passe des meilleurs. Etre conscient de ses capacités ne veux pas dire ne pas se mentir un peu afin de mieux s'aimer. Un petit mensonge afin d'embellir  la chose est ce bien grave docteur? Un petit dénie de certaines souffrances est si grave? Comment mesdames arriveraient-elles donc à repartir dans l'aventure de l'accouchement sans un petit dénie? Comment oserions-nous repartir à chaque chute sans un petit mensonge à soi-même? "Ne t'inquiètes pas cette fois-ci cela va bien se passer et sans douleur".

Vous allez me dire on nous dit de ne pas faire de dénie et puis maintenant on nous dit d'en faire. Là est la difficulté et l'utilité de bien se connaitre afin de faire de "bons mensonges". Considérer vous comme votre partenaire et sachez vous mentir à bonne escient. Inconsciemment nous le savons, mais consciemment un petit mensonge ne fait pas de mal s'il est bien approprié et utilisé pour le bien de la personne, afin d'éviter d'enfoncer le clou inexorablement. 

On dira que les menteurs sont des mauvaises personnes. Mais comme disait Boris Vian à St Pierre: " Si vous flanquez les ivrognes à la porte y doit pas vous rester beaucoup de monde". Alors soyez en sur ce n'est pas le mensonge qui est mauvais mais l'utilité que nous en faisons d'où le bon et le mauvais mensonge.

Alors après la connaissance de soi et le "connais toi toi même" de Socrate voilà le "mens toi à toi même".    

N.B sur le mensonge en général: La vérité est toujours à dire, mais non au sens où l’on applique une règle de logique froide et inhumaine. La vérité est à dévoiler, éventuellement toute, mais cela peut prendre du temps en fonction des circonstances, l’essentiel étant le respect de l’humanité, en la personne d’autrui comme en la mienne.   

Frédéric Eiselé